3. Couplage entre masses d’air et masses d’eau

En fait, vents et courants ne sont pas indépendants, comme le montre cette petite expérience :

Les vents continus qui soufflent à la surface des océans génèrent des courants de surface selon les modalités suivantes :

https://i1.wp.com/svt.ac-dijon.fr/schemassvt/IMG/gif/couran_surf_prof.gif

A l’inverse, les courants ne modifient pas significativement la direction des vents. Cependant, les courants créent en surface des zones froides ou chaudes qui peuvent influer sur l’intensité des vents.

Ainsi, les courants de surface sont contraints par les forces qui s’exercent sur la masse d’eau (différences de densités vues à la première séance), par le contour des côtes et la topographie des fonds océaniques (vu à la deuxième séance), et par les vents qui entraînent les couches les plus superficielles de l’océan. L’ensemble donne une carte des courants complexe, que l’on peut suivre grâce à ce bateau PlaymobilR mis à l’eau en mai 2017 par deux enfants écossais.

Ollie and Harry with the boat.jpg

Ollie and Harry with the boat

Ce couplage océan/atmosphère a deux grandes conséquences :

  • les gyres (voir leur suivi par la NASA) qui sont à l’origine des 5 « continents de plastiques »

Carte des cinq « continents de plastique »

Une solution d’ingénierie a été proposée (Ocean CleanUp) :

 

  • les cyclones qui se forment quand la température de surface de l’océan est supérieure à 26°C pendant plusieurs joursRésultat de recherche d'images pour "conditions formation cyclones"

Utilisation fichier kmz : Conséquences du changement climatique.kmz

Publicités