7. Gymnospermes & Angiospermes

Pendant la séance

Lien vers la fiche de TP

Évolution de la nutrition

Chez les Gymnospermes et les Angiospermes, la nutrition repose sur la photosynthèse déjà étudiée. Au sein de ces deux groupes, des modalités différentes apparaissent : feuillage persistant permettant la photosynthèse toute l’année mais avec des feuilles qui vieillissent et accumulent les maladies / feuillage caduque limitant la photosynthèse aux périodes de l’année les plus favorables mais avec des feuilles toujours renouvelées donc plus efficaces.

https://i0.wp.com/benoit.ramiere.free.fr/documents/6/images/pplmt-3.jpg

Une autre variation, au sein des Angiospermes, est la capacité de certaines plantes à concentrer le CO2 pour optimiser leur photosynthèse (plantes dites C4).

https://i2.wp.com/svt.ac-dijon.fr/schemassvt/IMG/mycoriz.gifEnfin, la plupart des végétaux supérieurs ont développé des symbioses avec d’autres organismes afin d’améliorer leur nutrition azotée et/ou hydrique.

Ou plutôt, en retournant le problème, seules quelques rares plantes, dans des conditions nutritives particulièrement favorables, parviennent à se nourrir en eau et en azote sans avoir recours aux symbioses : l’association symbiotique est la norme, la nutrition autonome est l’exception.

Évolution de la circulation

Chez les Gymnospermes comme chez les Angiospermes, le système vasculaire est bien développé et particulièrement efficace, permettant à la sève brute de monter dans des troncs jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, sans recours à un système de pompage (cœur) !

 

 

 

Évolution de la reproduction

Chez les Gymnospermes

Résultat de recherche d'images pour "reproduction conifères"Les inflorescences mâles (cônes produisant du pollen) et femelles (cônes portant les ovules non enveloppés dans un carpelle, Gymno/sperme signifie « graine nue ») sont séparées, mais portées par le même arbre.

Le pollen est dispersé par le vent (anémogamie), les graines sont ailées et disséminées par le vent également (anémochorie) quand le cône mûr est sec et que ses écailles s’écartent.

 

Chez les Angiospermes, la pollinisation peut également être anémogame, mais ce groupe a surtout développé la zoogamie, c’est à dire la pollinisation utilisant les animaux comme transporteurs de pollen.

Résultat de recherche d'images pour "coévolution fleurs insectes"A tel point que la diversification des Angiospermes coïncide avec la diversification de groupes entiers d’insectes tels que les Papillons (Lépidoptères) et les Abeilles (Hyménoptères) à la fin du Crétacé (-70 Ma).

La dispersion des fruits/graines fait intervenir le vent (anémochorie), les animaux (zoochorie), l’eau (hydrochorie)…

Tout ceci (et bien plus) dans les 13 épisodes de L’aventure des plantes.

Histoire évolutive

Le groupe des Gymnospermes apparaît au début du Carbonifère (-350 Ma) et constituera donc un élément important de la forêt houillère. Les Angiospermes apparaissent bien plus tard, le plus ancien fossile clairement daté étant de « seulement » 130 Ma (Crétacé, dernière période du Mésozoïque). Mais on suppose que les premières plantes à fleurs sont très antérieures ; ce qui est sûr, c’est qu’elles ont ensuite parfaitement réussi et supplanté les autres groupes.

Publicités